photo de Fabrice Jacob, maire de Guipavas, lors des vœux 2018
© Jean-Pierre Voxeur

Mairie

Discours du maire lors des vœux 2018

Publié le

Monsieur le sous-préfet, monsieur le sénateur, madame la présidente du conseil départemental, monsieur le conseiller départemental, mesdames, messieurs les maires, mesdames, messieurs les présidents d’association, mesdames, messieurs les commerçants, artisans, agriculteurs, acteurs du monde économique, messieurs des forces de gendarmerie, monsieur le curé, chers collègues élu(e)s, mesdames, messieurs, cher(e)s ami(e)s,

 

Je suis ravi de vous accueillir ici à l’Alizé avec l’ensemble du conseil municipal pour cette traditionnelle cérémonie des vœux.

Pour ma première cérémonie de vœux.

Je pense que ce temps est un temps de retrouvailles, une pause républicaine, un moment rare et privilégié où l’on réunit toutes les forces vives d’un territoire.

Merci à toutes et tous de votre présence ce soir.

2017 a été marquée par l’aboutissement de plusieurs projets économiques sur notre commune : le nouveau magasin Leroy Merlin au Froutven a ouvert ses portes, le siège des établissements Le Saint dans la zone de Lavallot nord a pris possession de ses magnifiques locaux, le transfert du siège de la banque en ligne Fortuneo à Prat Pip est effectif, l’arrivée de ces belles entreprises en sont quelques exemples. Nous n’oublions pas, bien entendu, toutes les entreprises de plus petites tailles qui s’installent ou cherchent à s’installer sur la commune. Ceci démontre toujours l’attractivité de Guipavas.

Un regret cependant, le projet de l’entreprise La Sill qui n’a pas pu aboutir ; je formule le souhait qu’il se concrétise en 2018.

 

S’en suivent les projets d’habitat. Après la fin de la seconde phase de Kerida / Le Vizac avec pas moins de 550 logements au total, du pavillon aux collectifs privés et sociaux.

Le lancement du lotissement des « Hauts de Kerdanné » face à Eau du Ponant dont la commercialisation va bon train.

S’y ajoutent un lotissement au Douvez, un autre au Rody et de nombreuses divisions de terrain qui densifient les pôles d’habitat existants.

Pas moins de 200 demandes de permis de construire ont été déposées en 2017. Dans les 18 prochains mois, ce sont environ 100 habitations individuelles, 150 logements sociaux et 180 logements collectifs privés qui devraient voir le jour. Les démarches pour un lotissement communal sont en cours afin de proposer une offre attendue et surtout garder nos jeunes et primo-accédants sur la commune.

Nous veillons à une progression raisonnable et raisonnée de l’urbanisation sur notre territoire. Notre monde agricole est heureusement bien présent et nous y tenons.

 

Toujours aussi dynamique également, le tissu associatif guipavasien se porte bien, pas moins de 220 associations dont 64 sportives. Guipavas aime le sport et le sport aime Guipavas.

La qualité de vie sur un territoire se mesure, entre autres choses, par la place faite au sport. Le développement du sport de masse nous semble primordial dans deux domaines essentiels : la santé publique et la préservation du lien social. Ce développement est également une priorité pour l’équipe municipale.

 

Je ne pourrais évoquer ici de manière exhaustive toutes les manifestations à rayonnement départemental, régional et national tellement il y en a. Du foot au basket en passant par le tennis, le tennis de table, les nombreuses associations de cyclisme et BMX, la pétanque, les archers, le twirling, les sports de combat, les marcheurs, les coureurs … etcetera…

À ce propos, la ville va recevoir la reconnaissance « Ville active et sportive », ce label est attribué aux villes selon plusieurs critères : la surface des équipements sportifs (14 406 m²), le budget de la ville dédié au sport (plus de 15% du budget global) en 2017, belle reconnaissance du potentiel existant de la commune et gage de l’importance de l’offre sportive à la population. À ce jour, seules deux communes ont ce label dans le Finistère.

Sans bénévoles il n’y a pas d’association, merci à eux pour leur engagement assidu et sans faille.

Côté culture, nous poursuivons l’achat de fond documentaire pour la médiathèque Awena.

 

Côté animations, il est à noter l’énorme succès de la Fête de l’été redevenue plus familiale. Certes la météo y a contribué mais c’est sans compter sur la participation de 230 bénévoles des associations de la commune que je tiens à nouveau à saluer. Jamais autant de bénéfices n’avaient été redistribués aux associations, 18 000€ au total. Pour la prochaine édition, des ajustements et améliorations sont à prévoir et nous y travaillons.

Les fêtes de Noël du mois dernier ont également eu un grand succès. Là aussi nouvelle formule, très généreuse, en partenariat avec l’association des commerçants, l’association des commerçants dont je tiens à saluer ici le dynamisme et le travail aux côtés de la municipalité pour rendre notre bourg toujours plus accueillant et attractif.

Nouvelle formule disais-je, pour le plaisir des petits et des grands avec notre immense sapin, le Père Noël, les spectacles de clowns, de jongleurs, les concerts avec des intervenants locaux comme la fanfare des Gars du Reun, le conservatoire de musique, le bagadig, le groupe Duo Medley, le vin chaud et le chocolat chaud, les quelques 800 barbes à papa servies et le magnifique feu d’artifice tiré à proximité de la chapelle.

 

Parlant de chapelle, je tiens aussi à saluer la démarche engagée par l’association « les amis de la chapelle Saint Yves » du côté du Douvez avec l’installation de nouveaux vitraux par financement participatif en lien avec la Fondation du patrimoine et la ville de Guipavas. Bravo à toute l’équipe.

Pour cet outil culturel qu’est l’Alizé, l’année 2017 a été dense et ce n’est qu’un début. L’Alizé accueillera prochainement notre traditionnel festival de magie et vous propose une saison culturelle riche en spectacles, en animations, en expositions tout au long de l’année sans oublier son 36e salon d’automne.

Vous pouvez également noter le nouveau système de son que nous venons de mettre en place pour une meilleure qualité des spectacles.

Je voudrais saluer également Alain Le Squeren, présent dans la salle. Alain Le Squeren a représenté Guipavas aux tréteaux chantants. Il termine en 3e position en finale à l’Arena le 30 novembre dernier et mérite reconnaissance.

 

Notre ville n’oublie pas son passé. C’est ainsi que nous avons pu rencontrer, l’été dernier, la petite-fille et le petit-fils des généraux américains Patton et Grow, libérateurs de notre pays en 44, puis en septembre, inaugurer les deux bornes de la liberté mises en place par l’AGIP et les associations patriotiques. Cette année, Guipavas ne manquera pas de célébrer le 100e anniversaire de la fin de la 1ère Guerre mondiale.

Sur le plan social, bien sûr le traditionnel repas des aînés et la distribution de colis, Différentes actions typiques de Guipavas se sont poursuivies et se poursuivront : le CLIC (centre local d’Information et de coordination), les aides aux travaux pour le développement durable, banque alimentaire, semaine du handicap, l’aide à la recherche d’emploi, voyage des séniors …

Côté scolaire la réflexion des rythmes scolaires avance à grands pas pour un probable retour à 4 jours. Comme initié en 2017, l’installation régulière de nouveaux matériels informatiques, et surtout de nombreux travaux dans nos écoles mais j’y reviendrais dans quelques instants.

  

Côté enfance jeunesse, nous poursuivons bien entendu les projets du plan éducatif local. Fin janvier, l’installation de notre nouveau conseil municipal des jeunes, les élections ont eu lieu le mois dernier, plusieurs de nos jeunes élus sont dans la salle et je tiens à les féliciter pour leur première campagne électorale. À leur échelle, ils vont être acteurs et référents de leur commune, et je crois savoir que de nombreux projets seront vite au programme !

Côté communication, la mise en ligne ce jour du nouveau site internet de la ville guipavas.bzh, plus convivial, plus clair et plus ludique. Je vous invite à le consulter dans les jours à venir.

À la métropole, de nouvelles délégations viennent de m’être attribuées, je viens d’être nommé vice-président en charge de l’urbanisme commercial, du commerce et de l’artisanat. C’est une délégation très importante et je saurais m’investir pleinement dans ces nouvelles fonctions et dans l’intérêt de notre territoire.

Sachez que je défends et argumente sans cesse pour les intérêts de Guipavas, les sujets sont nombreux, divers et variés, et je suis entendu, je tiens à remercier les services de la Métropole pour la qualité de nos relations.

Vous le savez, Guipavas est l’une des communes les mieux équipées de notre territoire, tant en matière d’équipements scolaires, culturels (Alizé, médiathèque, …), qu’en matière d‘équipements sportifs, pas moins de 50 000 m² de patrimoine communal sont à entretenir.

Il nous reste de grands chantiers à réaliser.

La seconde phase de rénovation de la salle Jean Kergoat : salle n°3 et vestiaires.

Le projet de complexe de tennis avance pour être lancé courant 2019. Ceci permettra du libérer les créneaux des deux salles de sports que le club occupe aujourd’hui.

Ceci n’est pas sans rappeler l’augmentation de la population à Guipavas et on ne s’en plaint pas. Lorsque plusieurs me posent la question de savoir où va l’argent des taxes perçues par les nouveaux arrivants, ma réponse est simple : ces nouvelles ressources ne couvrent pas les baisses successives de dotations.

Au risque de me répéter, 3 chiffres simples : la commune a une capacité d’investissement annuel de 1.9M €, les remboursements d’emprunts s’élèvent à 770 000€, l’entretien annuel de nos plus de 50 bâtiments municipaux s’élève à 750 000€ soit moins de 400 000€ restant pour de nouveaux investissements… Les contraintes sont bien là.

Nos ambitions sont claires : travailler sur des baisses de consommation d’énergies des bâtiments existants, (je pense notamment au bâtiment le plus récent et le plus énergivore qu’est la médiathèque,) remplacer les éclairages existants par des éclairage Led, poursuivre les travaux d’accessibilité et le remplacement du chauffage défectueux à l’école Prévert, remplacer les fenêtres à l’école Pergaud qui sont restées en bois et simple vitrage côté nord et j’en passe.

Plus tard, mais dans un avenir proche puisque l’urgence est également de mise, la réfection de la salle de Kerlaurent et de la toiture complète de l’école Pergaud. 

Nous n’oublions pas non plus l’achat de foncier communal, 200 000 € / an, pour les projets futurs de la ville, car nous devons avoir une vision d’avenir.

Tous ces projets seront engagés dans un contexte législatif et financier contraint. L’État ne nous ménage pas. Il transfère des compétences nouvelles aux communes (les cartes d’identité depuis 2016, les passeports, les PACS et les changements de prénoms en 2017) avec très peu de moyens supplémentaires et bien entendu, toujours pas de hausse de dotation à l’horizon.

 

À Guipavas, depuis 2014, nous avons perdu 1.436.000 € de Dotations Globales de Fonctionnement. Face à cette véritable purge, et, comme je vous ai promis de ne pas augmenter la part communale des impôts jusqu’à la fin du mandat, nous avons dû prendre des mesures d’économie.

J’ai dans un premier temps transmis aux services une lettre de cadrage en demandant une baisse de 3 % sur tous les budgets des différents services de la mairie.

Tout le monde a compris la situation et a fait des efforts. Je tiens au nom de la municipalité à remercier les agents ainsi que les élus et les associations communales pour votre engagement.

À chaque départ en retraite, mutation ou autre mouvement d’un membre du personnel, une réflexion sur ce remplacement ou sur une nouvelle organisation sera posée. Optimiser et moderniser pour garder un service public de qualité.

 

Que certains se rassurent, la ville a retrouvé sa sérénité, l’équipe majoritaire est très présente, sur le terrain, dans l’action, et c’est bien là notre rôle.

 

Chers Ami(e)s, voilà les propos que je souhaitais tenir devant les forces vives de Guipavas, à l’aube de cette nouvelle année. En vous remerciant encore pour le dynamisme que vous apportez toutes et tous à Guipavas. Notre ville, aujourd’hui la sixième du Finistère, brille bien au-delà de ses frontières grâce à vous.

Toute l’équipe municipale se joint à moi pour vous souhaiter une bonne année et une bonne santé à vous tous et à ceux qui vous sont chers, que 2018 nous apportent de la joie, mais aussi et surtout la paix et la sérénité.

Je vous invite maintenant à passer par le hall pour rejoindre l’autre salle pour le verre de l’amitié.

Je vous remercie.

Fabrice JACOB, maire de Guipavas, vendredi 12 janvier 2018 - l'Alizé.

Rétrospective de l'année 2017