Civisme

Stationnement gênant : la ville affiche son ras-le-bol

La municipalité déplore le manque de civisme de certains habitants qui stationnent de manière anarchique aux abords des écoles, dans les quartiers ou sur les passages-piétons. Malgré plusieurs appels au civisme, les problèmes persistent.

Publié le

Les abords du collège du Vizac et de l’école Notre-Dame du Sacré-Cœur, des établissements qui disposent pourtant de parkings à proximité, sont particulièrement concernés par les stationnements gênants. Autre point névralgique : les passages piétons. « C’est un réel problème car cela met en danger les habitants et surtout les enfants qui sont obligés de traverser, sans visibilité, en dehors des clous. L’on s’arrête sur la chaussée, garé à contre-sens sur le passage piéton, devant l’entrée des riverains, sans clignotant… Nous rappelons également la limitation à 30 km/h aux abords des écoles. » explique le maire, Fabrice Jacob.

« Les quartiers, notamment les plus récents comme Kerida, ne sont pas épargnés par les problèmes de stationnement. Bien qu’ils soient correctement équipés en places de parking, c’est la course au stationnement au plus près de chez soi et donc sur les trottoirs. » souligne Isabelle Guérin, la première adjointe.

C’est un réel problème car cela met en danger les habitants et surtout les enfants qui sont obligés de traverser, sans visibilité, en dehors des clous.

Jusqu’au 12 juin ainsi qu’au mois d’août, la Ville a décidé de diffuser sur son réseau la campagne « Arrêtez de faire l’autruche », conçue par Brest métropole. Les automobilistes sont bien souvent conscients qu’ils se garent à des endroits inappropriés. Avec humour, cette campagne rappelle que même « pour deux minutes », les conducteurs encourent une amende de 135 € en cas de stationnement gênant. Plusieurs Guipavasiens ont d’ailleurs été verbalisés ces dernières semaines.

Un ras-le-bol partagé

Les membres du Conseil municipal des jeunes (CMJ) sont également lucides face au problème. Les stationnements anarchiques aux abords des écoles, ils le vivent tous les jours et se sentent en danger lorsqu’ils doivent descendre des trottoirs encombrés. Fin mai, plusieurs jeunes conseillers ont décidé d’aller à la rencontre des Guipavasiens pour les sensibiliser à l’aide de flyers (réalisés par leurs soins). Cette initiative a d’ailleurs été largement saluée par la population. Les enfants se sont également adressés directement aux parents en diffusant leurs flyers à la sortie des écoles guipavasiennes.

Sur les réseaux sociaux, force est de constater que la colère gronde également. On ne compte plus le nombre de photos dénonçant les incivilités liées au stationnement.